Une identité sur-mesure

Le syndrome de l'imposteur

Saviez-vous que 70 à 85% des gens vont vivre le syndrome de l'imposteur à un moment de leur vie au cours de leur carrière professionnelle?

Dans notre société actuelle, il est souvent difficile de se voir à notre juste place, de se sentir légitime (que l’on mérite ce que l’on reçoit) dans ce que l’on fait et de se sentir bien dans les projets qui nous tiennent à cœur pour différentes raisons. C’est le syndrome de l’imposteur qui agit dans toute sa puissance !

 

Peur du regard des autres

Tout d’abord, on a peur du regard et du jugement des autres. Qu’est-ce qu’ils vont penser? Qu’est-ce qu’ils vont dire si je fais l’idée que j’ai en tête? Vont-ils penser du mal de moi, que je ne suis pas capable, rire de moi?  En fait, l’être humain est extrêmement critique face à lui-même bien plus que les autres ne le sont envers lui-même. Arrêtons de nous monter un énorme bateau, nous n’avons aucune preuve de ce que les autres pensent de nous.

 

Je ne suis pas à la hauteur

Souvent, les personnes se disent : « Je ne suis pas à la hauteur ». 

Moi aussi j’ai longtemps pensé cela de moi.  Plus je restais accrochée dans cette pensée et plus je restais dans l’inaction.  Rien ne changeait non plus.

Pourtant, lorsque j’ai commencé à regarder la situation sous un autre angle en me disant: « Qu’est-ce que je fais et qui est à la hauteur de mes capacités, mes talents et mes connaissances? », je me suis rendue compte que j’avais vécu plusieurs réussites dans ma vie qui allaient m’aider dans mon projet. Peut-être que je ne suis pas une experte, mais en tout cas, mon parcours saurait aider d’autres personnes qui en ont besoin et qui reconnaissent mes compétences.

 

Je suis perfectionniste

Un autre comportement nuisible, voire néfaste pour toute personne voulant avancer, c’est le perfectionnisme (lire aussi l’article « Miss perfectionniste »).

« Lorsque je serai plus riche, je pourrai voyager » ou bien

« Lorsque je serai plus instruite, je vais lancer mon entreprise ».

Des phrases du genre, il en existe des millions. Le problème avec le perfectionnisme c’est qu’il nous maintient dans l’inaction parce qu’on n’est jamais assez pour aller plus loin. Donc, le défi de tout perfectionniste est de commencer là où il est rendu et de s’améliorer dans l’action.

Pour moi, ça été une marche énorme, étant une perfectionniste très bien entraînée. J’ai dû faire face à de nombreuses peurs. Une marche à la fois j’ai avancé et maintenant, vous pouvez me lire. 

 

Donc, voici quelques défis pour nous tous :

  • Aujourd’hui, je prends le temps de cibler des réussites passées, quelle que soit son importance, en lien avec l’action que je désire poser.

 

  • J’écris tous les points forts que je possède et qui pourraient, de près ou de loin, m’aider dans mon projet. Ainsi, je vais me rendre compte que je possède de très belles ressources.

 

  • Si je suis perfectionniste, je choisis une petite action imparfaite à poser et dont je sais que je pourrai réussir avec certitude. J’entends des voix : « Ah mais ça ne compte pas, je sais faire ça. » Je répondrai que tout entrainement commence par la base et qu’on augmente ensuite progressivement la complexité. Vouloir aller trop vite, on se pète le nez sur le béton et on abandonne. Allez, une marche à la fois. Même si je sais que je ne suis pas prête, je la fais et je fais réajuster le tir en cours de route. Ainsi, je vais me rendre compte que je peux réussir, quoi qu’il arrive.

 

Avec toute ma bienveillance,

Nancy Simard, Maître Phare

Facebook

LinkedIn

Instagram 

Maître Phare Youtube

Close

50% Complete

Two Step

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua.